cheveuxMaintenant que j’ai introduit la chose, je vais rentrer dans le vif du sujet

Je vous livre en total exclu ce que chez le coiffeur j’ai vécu. Uh uh uh.

Alors chez le coiffeur:

-         J’ai attendu 1h avant qu’on s’occupe de moi parce que c’est sans rendez-vous et que du coup y’a plein de monde qui vient en même temps. A croire que tout le monde vient se faire couper les tifs le matin.

-         Je suis entrée dans un univers avec pleins de madames dedans et que le seul monsieur qu’il y avait était à demi nu chauve.

-         Ca papote ça papote ça papote.

-         Y’a pleins de madames qui se font faire des couleur, même qu’il y en a une c’est violet. Elle me fait peur.

-         Y’a une petite fille en poussette qui est rentrée avec sa maman pour se faire couper la frange entre deux coupes.

-         La petite fille en question pense que sourire c’est faire une grimace qui consiste à crisper tous les muscles du visage. Elle me fait peur aussi.

-         La coiffeuse qui s’est occupée d’elle lui coupait la frange tellement vite que j’ai cru qu’elle passait à l’accéléré.

-         Quand ça a été à mon tour, la coiffeuse a réfléchit pour savoir ce qu’elle allait bien pouvoir me faire.

-         Les lavabos où ont met la tête pour le shampoing font toujours aussi mal au cou.

-         Pendant le shampoing on me met toujours de l’eau dans les oreilles.

-         Une fois le shampoing fini et nous installé devant la glace, il vaut mieux ne pas se regarder. Les cheveux mouillés en pétard c’est très moche.

-         Devant le miroir pendant que mes cheveux tombent (parce que la coiffeuse les coupe), je me dis que ma nouvelle coupe elle va rendre vachement bien.

-         J’espère qu’elle sait où elle va la coiffeuse parce qu’il y en a de toutes les longueurs.

-         A la fin elle me fait le méga brushing de la mort qui tue que j’ai l’impression que je vais ressembler à une grand mère.

-         Le résultat est très sympa, ça change.

-         Au moment de payer, les coiffeuses essaient toujours de nous vendre un produit complémentaire style une cire matifiante, et de nous préparer psychologiquement à une nouvelle couleur pour « dynamiser tout ça ».

-         Si je veux le même résultat, il faut investir dans un sèche-cheveux, une brosse à brushing en poil de sanglier femelle du Venezuela, de la cire matifiante à l’huile de castor hydrogénée.

Je me contente du forfait shampoing-coupe-brushing, et je fais une croix sur mes futures Converse.